Comment ecrire I en arabe ?

Alors que je reprenais — encore une fois — mon apprentissage de l’arabe, j’ai été surprise de constater que, cette fois, je n’avais pas tout perdu. Deux ans de plus dans un pays arabophone (honte totale, deux ans… honte, en arabe (Darija plutôt ?) est Hashouma, un mot que nous utilisons beaucoup ici) m’a permis, inconsciemment, de mieux comprendre les différences de prononciation et de pouvoir déchiffrer les mots assez rapidement. Une très bonne surprise pour moi, car cela me permet de passer facilement à la case « apprendre le vocabulaire ». Disons que je ne « lis » pas parce que je ne connais pas assez de mots pour vocaliser correctement, mais je sais comment identifier les lettres d’un mot, avec un peu d’oubli.

Je jongle avec l’arabe standard, le levantin et le darija

Je suis donc retourné sur mes chaînes YouTube préférées et j’ai passé une nuit à passer d’une vidéo à l’autre. Il existe encore peu de bonnes vidéos en français pour apprendre l’arabe (et surtout le darija), mais j’ai trouvé un deuxième chaîne, Lebanese, qui complète très bien les vidéos de Maha. Il est dirigé par une école située à Beyrouth. L’arabe quotidien (ce qu’on appelle l’arabe urbain) est donc totalement différent de la darija maghrébine.

Lire également : St-Tropez, un village de légende ?

Personnellement, cela ne me dérange pas trop, bien au contraire : en mettant trois colonnes (arabe standard, arabe levantin appelé shami ou lahjah ishamia et darija), cela m’aide même à mieux comprendre la structure de base de la langue. Par contre, je fais très attention à ne mémoriser aucun mot du levantin (aucun voyage n’est prévu, et j’ai assez de problèmes entre l’arabe standard, le darija et le berbère).

Levantin

Félicitations si vous vous inclinez devant le mot achamya : Ahamya. C’est la même racine que Shaes, le soleil, et cela fait référence aux pays de l’Est, donc du côté où le soleil se lève. C’est typique du fonctionnement de l’arabe, en modifiant les racines et en adjectivant les noms… Au fait, Ici, les Français font exactement la même chose : le Levant est l’Est, où le soleil se lève ! Comme il s’agit d’une école, les vidéos sont plus structurées et moins « chaudes » que celles de Maha, ce qui a… ses avantages et ses inconvénients ! Disons que c’est un bon complément.

A lire aussi : JoahBox : mon retour après 1 mois d’utilisation !

Je vous le dis parce que, du côté de l’écriture, ils ont travaillé dur : ils ont développé une police très lisible, qui permet de mélanger des caractères latins et arabes sans modifier la taille du texte. Je vais le mettre en place sur le site, si possible.

Mais surtout, ils ont développé un livre d’écriture, disponible gratuitement en PDF ici, qui m’a permis de comprendre plusieurs choses importantes pour « bien écrire » l’arabe, que nous n’avons pas vraiment précisé, en général, et auxquelles je n’avais pas prêté attention. Mais les apprendre et les mettre en pratique le plus rapidement possible et c’est vital pour pouvoir les lire à nouveau (j’avais quelques titres qui essayaient de relire mes listes de mots et mes pages d’écriture…). Enfant, je me rappelle comment ils m’ont fait travailler pour distinguer les doubles m, les doubles n et les mn suivants (comme dans l’anamnèse, un beau mot qui peut se transformer en paquet de spaghettis).

Les points qui différencient les lettres

Lors de la présentation de la forme de la lettre isolée, le ou les points (de un à trois) sont placés au centre de la lettre. Lorsque la lettre est écrite au milieu ou à la fin du mot, il est assez difficile de distinguer une série de cinq lettres, que nous avons toutes vues ensemble dans la première leçon :

Ba, Ta et Tha : B et

Entre le point au-dessus et le point en dessous de Ba et Noun, le double point au-dessus et en dessous de Ta et Ya, il suffit d’aller un peu vite pour passer à la lettre suivante !

D’où cette « règle » : lorsqu’une lettre de ce groupe se trouve au milieu d’un mot, nous plaçons les points en dessous ou au-dessus de la première ligne . Essayez-le, vous verrez à quel point c’est facile !

Les points des lettres

En grammaire et en phonétique, tout a un nom ! Les « points de lettre » sont des signes diacritiques, comme ceux utilisés pour annoter les voyelles. Ils sont simplement intégrés dans les paroles, car on considérait que deviner les voyelles et la prononciation était un peu compliqué. On distingue ainsi la « forme » de base de la lettre, son dessin, le Rm, qui permet de définir les familles de lettres que l’on apprend ensemble et ces petits points, l’ijam, puis il y a la « vocalisation ». Les barres de début et de fin des lettres

Ici, cela semble mieux, si vous comparez, par exemple, le Ba, le Noun et le Sin in GREAT (Kabyر)

B puis y

vous constatez que :

  • la barre de droite, qui commence la lettre, est presque droite. Dans le cas du Ba, il forme un angle droit par rapport à la ligne horizontale
  • la barre de gauche, qui se termine par la lettre, est arrondie vers le bas et retournée plus nettement à l’intérieur de la lettre
  • la longueur de la lettre est plus importante pour le Ba (dont la forme peut prendre jusqu’à trois points) que pour Le Noun
  • mais que les deux premières mesures de Sin sont encore plus rapprochées
  • Eh bien, vous ne pouvez pas le voir dans cette source (je vais bientôt les changer), mais les trois barres du Sin sont de plus en plus petites, sur une pente douce.

Sans faire de calligraphie, le respect de ces différences permet de :

  1. pour vous forcer à les voir ^^
  2. une fois que vous les avez vus, pour mieux lire
  3. et surtout pour pouvoir lire à nouveau au bout de quelques mois !

Le proportions par rapport à la ligne médiane

Les proportions sont déroutantes par rapport à l’alphabet latin, et les carnets Seyès ou petits carreaux sont tout à fait inadéquats ! Alors que la bande Seyes crée quatre espaces de ligne par « mosaïque », l’écriture arabe s’étend sur trois intervalles, deux au-dessus et un en dessous de la médiane. En réalité, cet intervalle devrait être réduit de moitié, car la plupart des lettres qui « descendent » s’arrêtent à mi-chemin.

À gauche, le jugement Seyès, en gris, à droite, la règle arabe. L’exemple n’est pas tout à fait correct, car l’écriture arabe n’est pas écrite à la main, mais on voit qu’elle ne « tombe » pas de la même manière.

L’écriture latine est divisée en cinq lignes, trois au-dessus de la base et deux en dessous. La plupart des lettres minuscules ont un seul interligne. Par conséquent, ils sont proportionnellement plus faibles que les lettres arabes. Bien que mon exemple soit approximatif, il est clair que les lettres ne sont pas distribuées de la même manière. C’est pourquoi les lettres arabes, avec la même taille de police, sont plus difficiles à lire. Les sites Web destinés aux arabophones, par exemple, ont tendance à avoir des polices plus grandes que ceux que nous utilisons.

Je vous conseille donc d’oublier tout de suite les rayures Seyès et même les plus petites. carreaux, qui ne permettent pas de visualiser une ligne « de base ». Si vous n’avez pas de modèles d’écriture (comme les cahiers Mektoub, en haut à droite), prenez simplement des feuilles avec des lignes simples et légèrement espacées.

vous pourriez aussi aimer