Les origines de la médaille de baptême et son importance

Vêtu de sa robe immaculée, blotti dans les bras de ses parents, le jeune baptisé arbore autour de son cou une médaille en or. Celle-ci représente la Vierge, le Christ, ou bien parfois un Saint, une croix ou un agneau. Qui lui a offert ce bijou ? Et à quoi sert la médaille de baptême ?

À quand remonte l’origine de la médaille de baptême ?

Le recours aux bijoux suspendus au cou date de bien avant notre ère. Nos ancêtres préhistoriques arboraient déjà des pendentifs à valeur traditionnelle, culturelle, protectrice ou sociale. Mais la médaille en tant que telle a une origine beaucoup plus récente.

A voir aussi : Comment fonctionne la carte Interrail ?

La toute première médaille connue aurait été offerte par Alexandre le Grand pendant l’Antiquité à un Grand prêtre, en témoignage de sa reconnaissance pour sa coopération militaire. Au Moyen-Âge, la médaille sert aussi bien d’ornement que de monnaie. D’ailleurs, son nom provient du latin medalia, un terme utilisé pour désigner un demi-denier de l’ancienne monnaie romaine.

C’est en 1438, à la Renaissance, que le premier véritable médailleur conçoit et fabrique une médaille représentant un profil sur l’avers dans un but commémoratif. Pisanello, de son nom, inspire d’autres artistes qui développent rapidement des techniques de coulage de médailles en bronze.

A voir aussi : Verbaudet propose un service de liste de naissance en ligne

Dès lors, la médaille connait une renommée de plus en plus importante, tant pour la commémoration d’évènements (baptême, mariage) que pour la célébration d’une réussite (militaire, professionnelle).

Pourquoi offrir une médaille lors d’un baptême ?

Le baptême marque l’entrée de l’enfant dans la vie religieuse. Différents présents sont liés à cette cérémonie, comme le gobelet en argent, la Bible et la petite cuillère. Le bijou, que ce soit une médaille avec sa chaîne ou une gourmette, est traditionnellement offert par le parrain et/ou la marraine de l’enfant. La valeur de ce cadeau se situe au-delà de l’aspect financier. Il s’agit d’un véritable engagement de la part de la personne à soutenir et encourager l’enfant tout au long de sa vie chrétienne.

La médaille symbolise l’intégration à la communauté et l’abolition du péché originel. En étant reconnu comme enfant de Dieu, le nourrisson bénéficie d’une nouvelle existence débarrassée du mal et guidée par Jésus.

Le baptême républicain s’inspire de cette tradition. Les parrains et marraines sélectionnent alors le bijou parmi un choix de médailles laïques représentant par exemple l’arbre de vie, la colombe ou un ange. La médaille peut être gravée avec le prénom de l’enfant, sa date de naissance ou sa date de baptême. Cette personnalisation ajoute encore à l’attachement que l’enfant portera au bijou.

La médaille de baptême accompagne l’enfant toute sa vie

L’enfant porte la médaille lors des grandes occasions de la vie, comme sa communion, Noël, son anniversaire, puis plus tard son mariage. Il agit ainsi pour plusieurs raisons :

– il souhaite faire part de sa gratitude à l’égard des personnes lui ayant offert ce cadeau précieux ;

– il profite de l’aura de protection attribuée au bijou par le parrain ou la marraine ;

– il se rassure en se rappelant à la fois des personnes qui lui sont chères et de la présence de Dieu ;

– il marque son appartenance à la communauté chrétienne.

La bénédiction de la médaille de baptême

Pendant la cérémonie religieuse, l’officiant peut, à la demande des parents, bénir la médaille reçue avec de l’eau sacrée. Le bijou devient alors intimement lié aux engagements de foi et d’amour pris par le baptisé et sa famille. Cette médaille bénie permettra à l’enfant de se souvenir dans son quotidien de l’importance des valeurs chrétiennes.

Si vous souhaitez faire bénir la médaille de votre petit garçon ou de votre petite fille, pensez à l’indiquer au prêtre avant la cérémonie afin qu’il puisse intégrer la démarche dans le déroulé du baptême.

vous pourriez aussi aimer