Comment devenir infirmière libérale ?

Dans l’Hexagone, le métier d’infirmière libérale est en plein essor. Il semblerait que ce statut offre plus d’avantages au niveau des revenus, comparé à celui d’une infirmière en milieu hospitalier. De plus, nombreux sont les professionnels qui souhaitent travailler loin de la hiérarchie et du stress dans ce dernier. En réalité, ils souhaitent jouir d’une certaine autonomie. Toutefois, pour obtenir le statut de travailleur indépendant, il est essentiel de s’émanciper du titre de salarié. Bien que les formalités pour atteindre ce statut peuvent paraître complexes, la réalité est autre. D’ailleurs, cet article vous aide à mieux cerner ce métier libéral et les étapes à suivre pour y parvenir.

Les spécificités du métier d’infirmière libérale

Par définition, une infirmière liberale est une professionnelle dans le domaine de la santé, possédant un diplôme d’infirmier d’État. Sa particularité réside dans le fait qu’elle propose à ses patients des services à partir d’un cabinet privé ou par le biais d’une association avec d’autres professionnels, exerçant sous le même régime.

A voir aussi : Les 4 modèles populaires de séminaires d’entreprise

Les privilèges d’une infirmière libérale

En principe, l’infirmière libérale est un entrepreneur indépendant au sein d’une entreprise libérale. En réalité, elle ne travaille pas dans un hôpital et n’est donc pas une salariée. En ce sens, le statut d’infirmière libérale offre des avantages non négligeables dans le cadre du métier.

Ce statut permet notamment au professionnel d’assurer lui-même l’organisation de son travail. Il s’agit d’un avantage particulièrement notable si l’infirmière a une vie de famille. En effet, elle peut répartir son travail de façon à laisser quelque temps en plus pour sa vie de famille.

A lire aussi : Comment constuire un business plan solide ?

Bien que les infirmiers soient soumis aux tarifs prévus par la CNI (Convention nationale des infirmiers), la rémunération s’avère un autre avantage. En effet, les revenus peuvent être plus importants, puisque les infirmières libérales sont libres de fixer leurs honoraires.

C’est surtout ces privilèges qui attirent de plus en plus de professionnels dans ce domaine. Cet essor a également permis la création de diverses plateformes pour rassembler les infirmières libérales. Ces structures permettent notamment de faciliter les échanges entre les patients, les cabinets médicaux, les hôpitaux, et dans certains cas, les cliniques.

La différence d’une infirmière libérale avec une infirmière salariée

La première différence entre ces métiers s’avère le statut. Étant une salariée, les infirmières qui travaillent au sein des hôpitaux disposent d’un contrat de travail et sont soumises à un lien de subordination en fonction de sa hiérarchie.

Par contre, une infirmière libérale effectue son activité de manière indépendante et sans hiérarchie. À noter que le statut juridique comme celui de l’entreprise individuelle permet d’exercer ce métier. La nuance entre les deux statuts prend également place au niveau du lieu de travail. À la différence d’une infirmière salariée qui travaille dans un hôpital, celle libérale exerce dans un cabinet ou dans le domicile de ses patients.

Les inconvénients relatifs au métier d’infirmière libérale

Bien que le métier d’infirmière libérale offre de nombreux avantages, il est essentiel de tenir compte de ses inconvénients. Le rythme de travail et la retraite à 67 ans, sans décote, en font notamment partie. En effet, une infirmière libérale travaille en moyenne 50 heures par semaine. Il est également important de noter que ce professionnel n’a pas de congé payé et dispose de peu de possibilité de vacances. Cela, puisqu’il a une obligation et une responsabilité de soin continue vis-à-vis de ses patients. Pour ce qui est de la gestion de l’entreprise, il ne s’agit pas d’un inconvénient à proprement parler. Toutefois, une infirmière libérale est soumise à une charge administrative relativement importante.

Les démarches à suivre pour devenir une infirmière libérale

Pour devenir une infirmière libérale, il s’avère obligatoire de remplir certaines formalités.

Choisir la localisation

Comme dans le cas de nombreuses activités, la localisation a son importance si vous souhaitez devenir une infirmière libérale. Toutefois, pour choisir le lieu de votre activité, plusieurs facteurs sont à prendre en compte. Vous pouvez notamment vérifier s’il existe des aides à l’installation en tant qu’infirmière libérale dans le secteur. Il est aussi possible de faire un sondage s’il existe des personnes qui souhaitent créer un centre paramédical dans la zone. Ces informations vous permettront notamment d’avoir un aperçu de ce que l’emplacement choisi a à offrir.

Enregistrer le diplôme à l’ARS

En principe, l’ARS (Agence régionale de santé) est une structure qui recense les professionnels de la santé en mentionnant leurs diplômes et leurs lieux d’exercice dans un répertoire national. Il s’avère important de noter que seuls ceux qui sont réglementés figurent dans ce répertoire. Aussi, pour exercer en tant qu’infirmière libérale, il s’avère obligatoire de s’enregistrer auprès de l’ARS. Le recensement par ce dernier vous permettra notamment d’obtenir un numéro Adeli qui sera essentiel à votre identification.

Il s’avère également crucial de vous inscrire à l’ordre des infirmiers et infirmières. Pour ce faire, vous pouvez retirer le formulaire auprès du CDOEI (Conseil départemental de l’ordre d’exercice d’infirmier).

Effectuer un enregistrement à la CPAM

Après le recensement à l’ARS, vous devez vous enregistrer à la CPAM (Caisse principale d’assurance maladie) de votre département. Il s’agit notamment d’une démarche obligatoire, puisqu’elle vous permettra de signer la CNI (Convention nationale des infirmières) et d’avoir votre CPS (Carte professionnelle de santé). Elle vous permettra également de vous affilier à l’assurance maladie dans le cadre de votre métier libéral.

Effectuer une déclaration au CFE

Après l’étape de l’enregistrement auprès du CPAM, vous devez déclarer le lancement de votre activité au CFE (Centre des formalités d’entreprises). Cette déclaration a pour unique but d’informer l’URSSAF de votre existence et de votre lieu d’exercice. À noter que cette opération doit être effectuée dans les huit jours suivant la création de votre entreprise.

Souscrire diverses assurances

Dans le cadre du métier d’infirmière libérale, il est essentiel de souscrire les assurances obligatoires. Aussi, vous devez tenir compte de l’assurance véhicule, local, responsabilité civile et professionnelle. Ces assurances sont importantes, puisqu’elles protègent vos intérêts au cours de l’exercice de votre métier.

Les soins apportés par l’infirmière libérale

Dans l’exercice du métier d’infirmière libérale, il existe différentes catégories de soins, à savoir les soins techniques, les soins confort et les préventions.

Les soins techniques

Le plus récurrent dans le cadre du travail d’une infirmière libérale est sans doute les soins techniques. Il s’agit majoritairement des prises de sang, de la mise en place des perfusions et des pansements, de la réalisation des injections, des soins palliatifs, des traitements des plaies, etc.

Les soins confort

Par la suite, il arrive souvent aux infirmières libérales d’effectuer des soins confort. Ces derniers comportent notamment les toilettes quotidiennes, les couchers et les levers, l’application des pommades, les changements de position des patients, les habillages, etc. Ce type de soin concerne surtout la mise en confort des patients à mobilité réduite.

La prévention et l’éducation

Outre l’application de divers soins, l’infirmière libérale joue également un rôle de conseil auprès de ses patients. Dans certains cas, ces professionnels sont les seuls en contact avec ces derniers. Aussi, ils doivent apporter des informations précises sur le mode de vie et le régime alimentaire recommandé. Aussi, il est important d’avoir une bonne connaissance concernant ces domaines, surtout au début, pour vous faire connaître auprès des patients.

Les statuts juridiques d’une infirmière libérale

Pour exercer une activité libérale, vous devez disposer d’un statut juridique. Les plus populaires auprès des professionnels dans ce domaine sont les SELAS (Société d’exercice libéral par action simplifiée) et les SELARL (Société d’exercice libéral à responsabilité limitée). Il est à préciser que pour obtenir ces statuts juridiques, vous devez avoir deux associés au moins. Aussi, il s’agit d’une option particulièrement intéressante si plusieurs infirmières et infirmiers décident de travailler ensemble.

Toutefois, si vous souhaitez travailler seul, vous pouvez opter pour le statut SELASU (Société d’exercice libéral par action simplifiée unipersonnelle) ou SELARL (Société d’exercice libéral à responsabilité limitée unipersonnelle).

Les autres professions libérales

En principe, une profession libérale concerne les personnes qui exercent, de manière indépendante, une activité ayant pour but d’assurer des prestations techniques, intellectuelles ou de soins. Cette profession doit notamment être mise en œuvre grâce à une qualification professionnelle adaptée et un respect des principes éthiques et déontologiques. Dans cette optique, les métiers libéraux sont nombreux.

Au niveau de la santé, il est possible de citer les médecins, les pharmaciens, les diététiciens, les orthophonistes, les infirmiers et bien d’autres. En ce qui concerne le droit, les professions d’avocat, de mandataires judiciaires, de notaires, etc., peuvent être libérales. Pour ce qui est des activités relatives aux chiffres, il est possible de citer les experts-comptables, les commissaires aux comptes, etc. Il est à noter que certains métiers d’expertise et de conseil peuvent également faire partie des professions libérales. Il s’agit notamment du conseil financier, de l’agent privé de recherche, de l’expert en immobilier et bien d’autres.

En général, il n’existe pas de liste exhaustive des professions libérales. D’ailleurs, il s’agit d’une catégorie de métier relativement vague. Cela, puisqu’elle ne relève ni du commerce, ni de l’artisanat, ni de l’industrie. Aussi, la majorité des activités qui entrent dans la définition ci-dessus peuvent faire partie des professions libérales.

vous pourriez aussi aimer