Comment faire une otoscopie ?

L’organe auditif est composé de trois parties bien distinctes. Chacune de ces parties peut souffrir d’un dysfonctionnement. Pour y pallier, il faut procéder à un examen médical ORL. Dans certains cas, l’examen le plus adéquat se trouve être l’otoscopie. En quoi consiste-t-elle et comment la fait-on ?

Qu’est-ce qu’une otoscopie ?

L’otoscopie est un examen médical qu’un médecin fait sur l’oreille du patient. Cet examen a pour but de déterminer si l’oreille souffre d’une pathologie ou juste d’un mal bénin. Il revient soit à un médecin généraliste ou à un spécialiste ORL de procéder à cette visite médicale. Grâce à cet examen, le praticien peut diagnostiquer une otite par exemple.

A lire aussi : A quoi sert un stéthoscope ?

Dans le même temps, l’otoscopie permet de surveiller une otite chronique pour la soigner ou même la prévenir. En cas de maladie diagnostiquée, l’otoscopie donne aussi la possibilité d’administrer un traitement en interne. On peut aussi réaliser des paracentèses sur l’appareil auditif grâce à cet examen médical.

L’otoscopie est pratiquée sur la membrane tympanique et peut être effectuée de façon périodique. Ainsi, cela a l’avantage de vérifier régulièrement l’état de l’organe auditif. Tant pour l’adulte et surtout pour l’enfant, l’otoscopie permet de le soigner. Un enfant en bas âge ne peut en mots clairs exprimer sa douleur ni l’endroit précis d’où cela provient.

A lire en complément : Comment prendre plusieurs compléments alimentaires en même temps ?

otoscopie

La procédure de l’otoscopie

Comme pour toute visite ORL, le patient se doit d’être bien installé. Ensuite, commence l’examen en bonne et due forme de l’oreille concernée. À moins de souffrir d’une douleur bien localisée, on considère l’oreille comme étant saine. D’ailleurs certains inconforts et gênes sont dus à un bouchon de cérumen.

Dès lors, pour le généraliste, il faudra juste nettoyer l’oreille et tout est réglé. Dans le cas où ce dernier détecte un mal plus prononcé, qu’il peut prescrire une auscultation chez un ORL. Une fièvre persistante et une douleur aiguë dans l’oreille peuvent bien cacher plus qu’un bouchon de cérumen.

Lors de l’otoscopie, le médecin contrôlera tour à tour :

  • Le pavillon
  • Le conduit auditif externe
  • Le tympan

Dans le pavillon, il aura à identifier une anomalie, un élément qui n’est pas à sa place. Cela peut être une couleur suspecte dans l’oreille, ou une protubérance dans la texture ou la configuration du pavillon.

Au niveau du conduit auditif externe, le spécialiste fera attention à la qualité des parois, du calibre, du contenu et même de la direction. L’odeur aussi peut le diriger vers un diagnostic plus amélioré. Déjà à ce stade, il saura localiser les zones sensibles ou qui font réagir le patient. Même la moindre crevasse ou plaie sera considérée avec prudence. Le but ne l’oublions pas est de procéder à un bon examen afin de prescrire le traitement adéquat.

Enfin, il reste le tympan. Celui-ci est très sensible de nature, il faut donc agir avec finesse avec lui. Il est normalement clair et transparent quand il est sain. Mais si ce n’est pas le cas, alors c’est à prendre en compte soigneusement. Cela vaut aussi pour sa mobilité, sa position dans l’oreille et surtout pour son intégrité. Un tympan éraflé ou perforé est déjà assez douloureux, mais lorsqu’il subit une dégradation, une infection plus avancée est envisageable. Pour découvrir, tout cela, l’otoscopie est l’idéal.

vous pourriez aussi aimer