Rolls-Royce se lancera-t-elle vers la conduite autonome et la propulsion électrique ?

La Rolls-Royce est réglée pour rejoindre la course afin de supprimer le pilote, et le chauffeur aussi.

L’emblématique constructeur britannique de voitures de luxe attend de sa société mère, BMW, qu’elle adopte des technologies de conduite autonome avant la fin de la décennie.

A découvrir également : Où acheter des pièces détachées pour voiture ?

« Mais nous avons déjà la conduite autonome, nous avons des chauffeurs », a plaisanté le patron de Rolls-Royce, Torsten Muller-Otvos, lors d’un entretien avec Drive au dernier salon de l’automobile de Paris.

« Sérieusement, cela correspond bien à notre marque et est peut-être même considéré comme la prochaine étape vers une conduite sans effort : laisser un petit robot conduire votre voiture de manière très douce et efficace. Mais seulement quand c’est absolument fiable, parce que nos clients n’acceptent aucun compromis, aucune expérience. Cela doit être la perfection dans le sens le plus pur du terme. »

Lire également : Réservez votre parking à l’avance lorsque vous décidez de voyager

Les futures Rolls-Royce en conduite autonome ?

BMW n’est que l’un des principaux constructeurs automobiles qui développent actuellement des technologies sans conducteur en utilisant des systèmes de guidage par radar de haute technologie et la technologie de caméra stéréo. La marque allemande teste son système de copilotage sur les routes européennes depuis trois ans et a récemment signé un accord avec le site de moteur de recherche chinois Baidu pour accéder à ses services de données, y compris les cartes routières, afin d’étendre le processus de test à Pékin et Shanghai.

Alors que Rolls-Royce est enthousiaste à l’idée d’adopter des technologies de pointe telles que les systèmes de conduite autonomes, Muller-Otvos s’est montré moins optimiste quant à l’empiètement sur les réglementations en matière d’émissions, obligeant la luxueuse marque britannique à créer des véhicules hybrides et entièrement électriques à l’avenir.

Il reconnaît la nécessité de le faire, mais a déclaré que ce ne sera qu’en réponse au renforcement des exigences légales plutôt qu’à la demande de sa clientèle bien nantie.

« Nous examinons la question, mais ce n’est pas la plus grande pression parce que nos clients ne la demandent pas », a-t-il dit. « La raison pour laquelle je ne suis pas détendu est que nous verrons davantage le côté légal nous forcer dans cette direction. C’est pourquoi nous nous préparons pour l’avenir, mais nos clients ne le demandent pas. »

L’ancien dirigeant de BMW, qui a permis à Rolls-Royce d’enregistrer des ventes record et d’élargir sa gamme à trois modèles sans précédent, Phantom, Ghost et le coupé Wraith récemment arrivé, admet que la propulsion électrique est parfaitement adaptée aux caractéristiques de prestige et de performance attendues d’une Rolls-Royce. Et il ajoute qu’un groupe motopropulseur hybride rechargeable serait une solution idéale. Et en prenant l’Angleterre comme exemple, cela offrirait aux propriétaires l’autonomie et la souplesse nécessaires pour se rendre de leurs propriétés de campagne au centre-ville de Londres où il pourrait être conduit uniquement à l’électricité. Cela pour éviter les frais de congestion de la ville.

Rolls Royce et l’électrique

« En général, l’électrique convient parfaitement à la marque. Il est totalement puissant, il est sans effort, doux et silencieux », dit-il. « Mais il y a trop de compromis en termes d’autonomie qui ne sont pas suffisants. Si la technologie permet de surmonter ce problème, alors je dis pourquoi pas. Peut-être qu’une étape intermédiaire est un hybride plug-in parce que cela vous donne les deux possibilités. »

Mais il concède qu’une option entièrement électrique basée sur le concept 102EX qu’il a présenté au salon de Genève 2011 a des limites que ses clients n’accepteraient pas, ce qu’il a souligné par le fait que Rolls-Royce n’a pas reçu une seule demande de sa clientèle extrêmement riche pour une version de cette voiture. « Je n’ai pas eu une seule commande sur la 102EX », a-t-il dit. « Normalement, quand nous montrons des voitures à l’extérieur lors d’un salon de l’automobile, j’ai des gens qui m’appellent pour me dire « j’aimerais en avoir une ».

Alors que Muller-Otvos était catégorique sur le fait que toute future application hybride serait dictée par les règlements sur les émissions plutôt que par une demande significative de l’élite aux teintes vertes, il a défendu la conscience environnementale de son client. « Cela ne signifie pas que nos clients ne sont pas respectueux de l’environnement, ils le font à un autre niveau », a-t-il déclaré. « Ils sont très conscients des enjeux et contribuent généralement davantage à la réduction des émissions par le biais des industries dans lesquelles ils sont impliqués ». Personne n’a besoin d’une Rolls-Royce pour aller d’un point A à un point B. Ils la veulent parce que c’est une œuvre d’art, parce que c’est une réflexion sur leur succès. C’est ce qui nous différencie des autres constructeurs automobiles.

Rolls-Royce et les défis de la transition énergétique

La transition énergétique est un défi majeur pour l’industrie automobile dans son ensemble et Rolls-Royce ne peut pas faire exception. Les réglementations en matière d’émissions de CO2 deviennent plus strictes, les gouvernements encouragent le développement de véhicules électriques et hybrides, et les consommateurs se tournent vers des options de transport plus respectueuses de l’environnement.

Malgré cela, la marque a récemment annoncé qu’elle abandonnerait ses moteurs à combustion interne dès 2030. ‘Nous avons une grande responsabilité en tant qu’entreprise’, explique Muller-Otvos. ‘L’un des principaux objectifs de notre entreprise est d’être durable’.

Mais comment Rolls-Royce va-t-elle relever ce défi tout en conservant sa position unique sur le marché ? Selon Muller-Otvos, la clé est dans l’innovation : ‘Nous continuons à investir massivement dans la recherche et le développement pour trouver des solutions durables qui correspondent aux attentes très élevées de nos clients’.

Et c’est exactement ce que Rolls-Royce a fait avec son nouveau modèle Ghost entièrement électrique. Lancée en septembre 2020, cette voiture offre toutes les caractéristiques luxueuses que l’on attend d’une Rolls-Royce mais avec une alimentation électrique silencieuse et efficace.

Pourtant, il reste encore beaucoup à faire avant que Rolls-Royce puisse atteindre ses objectifs environnementaux ambitieux. La marque doit continuer à travailler sur les batteries pour augmenter l’autonomie des véhicules électriques et s’assurer que le réseau de recharge est suffisamment développé pour les clients.

Rolls-Royce a démontré son engagement en faveur d’un avenir plus durable. Toutefois, il reste à voir si la marque sera capable de relever les défis techniques et réglementaires nécessaires pour maintenir sa position unique dans un marché automobile en évolution rapide.

Les implications de la conduite autonome sur l’expérience du luxe chez Rolls-Royce

Au-delà des défis liés à la transition vers des véhicules électriques, Rolls-Royce doit aussi faire face à l’évolution de la technologie automobile. La conduite autonome est une tendance inévitable et de nombreuses marques travaillent déjà sur cette nouvelle frontière de l’automobile.

Mais comment cela pourrait-il affecter l’expérience du luxe chez Rolls-Royce ? Selon Müller-Otvös, la marque voit la conduite autonome comme une opportunité d’améliorer encore davantage l’expérience client : ‘Nous pensons que les clients apprécieront le fait de pouvoir passer plus de temps dans leur voiture sans être distraits par la conduite’.

Effectivement, avec moins d’attention nécessaire pour le pilotage du véhicule, les occupants peuvent se concentrer davantage sur leur environnement intérieur. Cela signifie qu’il y aura probablement un besoin accru pour des caractéristiques luxueuses telles que des sièges confortables et ajustables électriquement ainsi que des fonctionnalités multimédias sophistiquées.

Il y a aussi un potentiel pour les nouveaux services qui ne sont pas envisageables aujourd’hui. Par exemple, Müller-Otvös pense qu’un service ‘concierge’ pourrait être offert aux clients pendant leurs trajets en voiture autonome : ‘Il serait possible d’avoir un assistant personnel virtuel intégré au système multimédia qui peut aider le conducteur à organiser son emploi du temps ou même réserver une table dans un restaurant’.

Bien sûr, il reste beaucoup de travail avant que ces scénarios ne deviennent réalité. Les constructeurs automobiles doivent encore résoudre de nombreux problèmes techniques, tels que la sécurité des passagers et l’interaction avec les autres véhicules sur la route. Le cadre réglementaire doit aussi être mis en place pour encadrer cette nouvelle technologie.

Rolls-Royce est prêt à relever ces défis pour offrir à ses clients une expérience de conduite autonome ultime. ‘Nous sommes convaincus que nous serons en mesure d’intégrer tous les avantages des voitures autonomes dans nos modèles tout en conservant notre marque unique’, conclut Müller-Otvös.

vous pourriez aussi aimer